Allemagne

 

1926

 

Le Berlin de 1925, désaxé et quelque peu démentiel projeta tous ses phantasmes sur Joséphine et le Berliner Illustrierte la sacra comme « une figure de l’expressionisme allemand contemporain », selon une expression du Berlin Illustrierte.

Josephine Baker in Berlin, 1926, phot. Karl Vollmöller

• 3 et 14 janvier

Nelson Theatre, Berlin

 

Cette prestation de J. B. à Berlin lui permit de faire des rencontres importantes, notamment celle de Max Reinhardt, alors une des figures mondiales les plus importantes dans le domaine de la mise en scène théâtrale…. Reinhardt décida de la prendre sous sa tutelle ; son talent requérant d'être affiné, il voulait qu'elle suive une formation de trois ans dans son école d'art dramatique. Par ailleurs,  il lui fit rencontrer une partie de l'intelligentsia et de l'avant-garde allemande. J. B. envisagea d'accepter la proposition de Reinhardt et, donc, de rester à Berlin pour travailler avec lui. Cependant, elle avait donné sa parole à Paul Derval pour la nouvelle revue des Folies-Bergère. Aussi elle abandonna Reinhardt à Berlin…

Dans ses mémoires, le comte Harry Kessler (1868-1937) évoque Joséphine Baker. Ainsi, Le 13 février 1926, à l'occasion de ses fiançailles à Berlin, il écrit : « At one o’clock, just as my guests were gone, a telephone call from Max Reinhardt. He was at Vollmoeller’s, and they wanted me to come over because Josephine Baker was there and the fun was starting. So I drove to Vollmoeller’s harem on the Pariser Platz. Reinhardt and Huldschinsky were surrounded by half a dozen naked girls, Miss Baker was also naked except for a pink muslin apron, and the little Landshoff girl (a niece of Sammy Fischer) was dressed up as a boy in a dinner-jacket. Miss Baker was dancing a solo with brilliant artistic mimicry and purity of style, like an ancient Egyptian or other archaic figure performing an intricate series of movements without ever losing the basic pattern. This is how their dancers must have danced for Solomon and Tutankhamen. Apparently she does this for hours on end, without tiring and continually inventing new figures like a child, a happy child, at play. She never even gets hot, her skin remains fresh, cool, dry. A bewitching creature, but almost quite unerotic. Watching her inspires as little sexual excitement as does the sight of a beautiful beast of prey. The naked girls lay or skipped about among the four or five men in dinner-jackets. The Landshoff girl, really looking like a dazzlingly handsome boy, jazzed with Miss Baker to gramophone tunes.

Volmoeller had in mind a ballet for her, a stay about a cocotte, and was proposing to finish it this very night and put it in Reinhardt’s hands. By this time Miss Baker and the Landshoff girl were lying in each others’ arms like a rosy pair of lovers, between us males who stood around. I said I would write a dumb show for them on the theme of the Song of Solomon, with Miss Baker as the Shulamite and the Landshoff girl as Solomon or the Shulamite’s young lover. Miss Baker would be dressed (or not dressed) on the lines of Oriental Antiquity while Solomon would be in a dinner-jacket, the whole thing an entirely arbitrary fantasy of ancient and modern set to music, half jazz and half Oriental, to be composed perhaps by Richard Strauss. Reinhardt was enchanted with the idea, as was Vollmoeller. We fixed on the twenty-fourth of this month for dinner at my apartment to discuss the matter, the two of them and the Landshoff girl, Miss Baker coming later. Vollmoeller asked me to invite Harden too. It was past four when I left. »

 

J. B.  pose, en 1926, pour Vollmöller, dans son immense appartement sur la Pariser Platz.

En effet, J. B. dansa chez le dramaturge Karl Gustav Vollmöller (coscénariste, avec Carl Zuckmayer et Robert Liebmann, du film L'Ange Bleu). Vollmöller, qui avait rencontré J. B. à Paris, participa au fait que la « Revue Nègre » vint se produire à Berlin début 1926… Il semble que J. B. passa beaucoup de temps dans l'appartement de la Pariser Platz. Là, elle rencontra Ruth Landshoff, nièce de l'éditeur Samuel Fischer et compagne de Vollmöller.

 

 

Ci-dessus et ci-dessous : Josephine Baker in Berlin, 1926, phot. Karl Vollmöller.

 

• 20 février

Deutsches Theater, Berlin

Metropol-Theater, Berlin

 

Phot. A. Binder.


1927

 

• 2 novembre

Tivoli-Palast, Dortmund


1928

 

• 2 novembre : Berlin

Theater des Westens, revue "Bitte eionsteigen"

 

A l'arrière-plan, une caricature de Benno von Arent.

Phot. Ullstein Bild

Paris-Soir, 6 décembre 1928


1929

 

Münich

 

L'Echo d'Alger, 16 février 1929

En 1929, le Jugend, comme au même moment son confrère le Simplicissimus (ci-dessous),

fut particulièrement secoué par l’ouragan Joséphine Baker

quand elle se produisit à Munich et à Berlin. Dessin de Fritz Heubner.

Josephine Baker in München, caricature de  Thomas Theodor Heine (1867 - 1948), Simplicissimus, 4 mars 1929.

"Hinaus mit dir ! In Bayern dürfen nur wir bodenständigen Schwarzen auftreten."

Avec Pepito et le peintre Vincent Zito (1900–1966),

connu pour ses caricatures de célébrités.

A consulter :


Leipzig

 


1935

 

• Février

Theater Des Westens, Berlin

 



1950

 

Phot. Ullstein Bild

2 septembre

Revue 1950, Münich

 

• 7 septembre

Palais des Congrès, Münich

 

• 8 septembre

Münich


1953

 

Deutschen Theater, Münich

 

Phot. Timpe Felicitas (1923-2006).

Phot. Alfred Strobel

• 7 mars

Apollo Theater, Düsseldorf


1954

 

Berlin

 

Phot. Archiv Rolf Goetze


1956

 

Berlin

Phot. Harry Croner.


1957

 

• 4 - 10 novembre

Hambourg

Théâtre près du Besenbinderhof

Avec Peter Creuder., avant la représentation.

• 18 novembre

Titania-Palast, Berlin

Phot. Josef Donderer (1903-1958).

• 29 novembre

Hôtel Kaiserhof, Cologne

Phot. Peter Fischer.

,


1961

 

• 6 février

Stadtteheater

Fribourg-en-Brisgau, Bade-Wurtemberg

 

Phot. Willy Pragher

 

Avec Guy Walter et Gert Mechof.

Avec Guy Walter.


1963

Berlin Ouest

 

A l'occasion du supershow "Rendezvous im Mai", 7 mai 1963. Avec, parmi les autres participants, Robertino, Helen Shapiro, Pat Boone, Jerry Williams et Billy Mo.

Ci-dessous : 5 mai, avec Robertino et Helen Shapiro.

 

Deutschlandhalle, 8 mai 1963

 


Münich

Bayerischer Hof

 

Avec Max Greger et son orchestre.  Phot. Alfred Strobel.

 


Francfort

Night-club “Imperial”

 

12 juilet 1963


1964

Hambourg

 

Emission télévisée : Vergißmeinnicht.

 

Avec Peter Frankenfeld

 


Münich

 

Répétition au Cabaret Madeleine, 3 décembre 1964.


1965

 

Berlin

Sportpalast

 


1966

 

• Deutschen Schlagerfestspielen, Baden-Baden

 


1968

 

Berlin Est

 

Au Friedrichstadtpalast

 

Phot. Manfred Uhlenhut (1941-).


1969

 

Mayence

 

• 1er février, Filmball

 

Phot. Peter Hillebrecht.


1971

 

Munich

 

Janvier, Madame Ball

 

AP Photo/Claus Hampel.


Ajouter un commentaire

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire.

Créez votre propre site internet avec Webador