Les peintres et dessinateurs

de A à Z

 

Anon., Josephine Baker,

aquarelle, gouache et crayon sur papier,

vers 1927, National Portrait Gallery,

Smithsonian Institution, don de Jean-Claude Baker.

Anon., Josephine Baker Dancing in Paris, 1925.

David Downton


Alba

(Etats-Unis)

 

Portrait de Joséphine Baker en tenue de scène, 1951, encre et aquarelle, coll. part. Dédicace autographe en bas : « To Joséphine – To One who outwalks & outglamours the highest & oldest of our stars ».


Lou Albert-Lasard

(1885-1969)

 

Aquarelle, ca 1928.

Aquarelle, ca 1930.

Aquarelle, ca 1926.

Revue Nègre, Joséphine Baker, 1926


Evelyne Ballestra

(France, 1949-)

 

Joséphne Baker, 2008.


Bang

 


Eduardo Barnes

(1901-1977)

 

Joséphine Baker, 1931.


Robert Bass

(Etats-Unis, 1951-)

 

Josephine Baker, 2016, acrylique sur toile.


Beckham Lin

(dessinateur de mode)

 


Olivia De Berardinis

(Etats-Unis, 1948-)

 

Zou Zou (Josephine Baker), 1991.


Yngve Berg

(Suède, 1887-1963)

 


Lucien Bertaux

(France, 1905-?)

 

Ci-dessus : Joséphine Baker, aquarelle, gouache et crayon sur papier, vers 1927, National Portrait Gallery, Smithsonian Institution, don de Jean-Claude Baker.

A droite : projet pour un musée aux Milandes, vers 1958.


Alexandra Bitchkova

(1898-1985)

 

La Revue Nègre, dessin aux crayons de couleur, 1929.


Hugo Boettinger

(Tchécoslovaquie, 1880-1934)

 


Anselme Boix-Vives

(1899-1969)

 

Joséphine Baker et ses nombreux enfants, 1966,

Ripolin sur carton, coll. part.

Joséphine Baker et sa famille, 1966, Ripolin sur carton, coll. part.


Léon Bonnotte

(France)

 

Mode d'été à la « Joséphine Baker »… « Epiderme cuit au soleil, ceinture de ville, bas arachnéens, un amour de petit bibi… et ça suffit » Illustration de Léon Bonnotte parue dans la revue Fantasio, 1927.


Geoffrey Bourdin

 

Joséphine Baker à la Coupole.


Robert Brady

(1928–1986)

 

Josephine Baker, 1974, Mexico, Cuernavaca, wool and cotton,  tapestry weave, Art Institute, Chicago.


Sven Brasch

(Danemark, 1886-1970)

 


Yves Brayer

(France)

 

Le théâtre aux Armées, 1940.


Alain Carrier

(France, affichiste, 1924-)

 


Emiliano Augusto Cavalcanti

(Brésil)

 

1920


Jean Chassaing

 

Affiche, 1931.


Alexandre Chaussat

(1901- ?)

 

Aquarelle, gouache et pastel, 61 x 45,5 cm.


Jean Cocteau

(France)

 

Double portrait de Joséphine Baker, c. 1925-1927.


Marie Cofalka

(Etats-Unis, 1924-2004)

 

Josephine Baker1950, coll. part.


Paul Colin

 (France, 1892-1985)

Dessin au crayon sur papierMarseille,
Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée  

1925.

Joséphine Baker, gouache, coll. part.

Josephine Baker / la ligne verte, crayon, encre et aquarelle, coll. part.

Gouache et encre, 1925-1928

1930.

Joséphine Baker et un danseur, 1825, gouache sur papier.

Joséphine Baker, 1925, gouache et encre de Chine sur papier bistre,

coll. part.

Vers 1930.

Josephine au piano, maquette.

« In what may be the first of a series, Colin's original artwork of Josephine Baker, in her banana skirt, shows her in three points of her performance : out front, then (on the left) grooving in front of the piano, and then (on the right) flouncing down at the keys and playing a few riffs, while some gentlemen – bouncers ? musicians ? onlookers ? – gawp with their tongues hanging out.

(https://auctions.posterauctions.com/.../josephine-at-the...)

1925.

Joséphine Baker, 1925

Joséphine Baker, lithographie.

Silhouette de Joséphine Baker, 1925, encre de chine et fusain,

coll. part.

1925.

Maquette, ca 1925.

Revue Nègre, 1925, huile sur contreplaqué, 100 x 80 cm, musée national de la Coopération Franco-américaine, Château de Blérancourt.

Etudes pour « la Revue Nègre », 1925, dessins, 40,5 x 20cm.

Chemin de fer de l'album Le Tumulte Noir, 1929.

Editions d'Art Succès, Paris, 49 x 32 cm, préface de RIP, 43 grandes lithographies coloriées au pochoir par Saudé dont l'une en double page, 2 calligrammes dont un sur feuillet de vélin chamois, 1 fac-similé tiré en bleu sur papier mince d'une lettre de Joséphine Baker. Tirage à 500 exemplaires sur vélin.

Good bye Joséphine Baker and jazz orchestra American in Paris.

Sans titre (Joséphine Baker), gouache sur papier, coll. part.

Joséphine et Jazz, vers 1925.

Paul Colin repeint une fresque réalisée en 1927 et inspirée de "La Revue Nègre" avec Joséphine Baker pour le "Bal Anthropométrique" au cabaret parisien La Boule Blanche, organisé en l'honneur de Georges Simenon, 1952.

Composition parue dans le magazine Fantasio.

A lire en ligne…

 

• Michèle Druon, Joséphine Baker, Paul Colin et le « Tumulte Noir » des Années Folles, 2018.

https://www.le-mot-juste-en-anglais.com/2018/01/joséphine-baker-paul-colin-et-le-tumulte-noir-des-années-folles.html?fbclid=IwAR1fB2-UDpWQGZzBiuxn4fCW3n2VtdUPu4Bnv6Cs12-hhGoNB-w3zeU4B4w

 

A voir…

 


Emile Compard

(1900-1977)

 

1926

Paravent Joséphine Baker, huile sur toile, 1926, coll. part. Œuvre présentée dans l'exposition "Félix Fénéon (1861-1944). Les arts lointains", au musée du quai Branly-Jacques Chirac, Paris, 2019.


Marcos Cotti Lorango Jr.

(1935-)

 

Ca 1952, gouge, aquarellle et crayon, Smithsonian Institution, Bequest of Jean-Claude Baker.


Miguel Covarrubias

(1904-1957)

 

Magazine Vanity Fair, 1936

Josephine & Pepito on Board, 1929, huile.

Joséphine Baker aux Folies Bergère, 1937, encre et lavis.


H. Crowley

 

1946


Michael Cummings

(1945-)

 

Ci-dessus : Josephine Baker Farewell,

courtepointe, 2000

Ci-contre : Josephine Baker Cabaret,

courtepointe, 2001


Miles Davis

 

Josephine Baker


Emile Deschler

 

Josephine Baker, †1935, The Rennert Collection, New York City.


DODO

Dörte Clara Wolff est née en 1907 à Berlin dans une famille juive. Peintre et illustratrice, Dodo collabora à Ulk, le supplément du quotidien libéral Berliner Tagesblatt, entre 1927 et 1929. Elle s’exila en 1936 à Londres où elle mourut en 1998.

Ca 1926.

Dans le magazine allemand Ulk, 1928.


Geoffrey Doig-Marx

 


Jean-Gabriel Domergue

(France, 1889-1962)

 

Joséphine Baker, 1940, huile sur toile.

Le peintre et ses modèles, 1931.

J. B. est l'un des trois modèles sous le parasol.

Joséphine Baker, huile sur toile.

Avec Jean-Gabriel Domergue, dont la toile a été très admirée au Salon des Artistes Français : le peintre et son modèle…

 Photo parue dans La Vie Parisienne, 4 janvier 1936.

Joséphine Baker, vers 1946,

aquarelle et fusain sur papier, coll. part.

Joséphine Baker, aquarelle, coll. part.


Albert Dubout

(1905-1976)

 

Joséphine Baker - Mon Beau Livre d'Images, grand livre imaginé et dessiné par Albert Dubout pour un in-folio destiné à Joséphine Baker. Couverture en bois réalisée en 1965 par Jacques Griffe.

Quatre grands dessins à l'encre de Chine et lavis sur papier contrecollés sur carton. Ces dessins grand format mettent en lumière l'amitié qui unissait Josephine Baker et Albert Dubout.


Jean Dufy

(France, 1888-1964)

 

Joséphine Baker, 1926, aquarelle gouachée.

La Revue Nègre. Joséphine Baker, aquarelle gouachée.

Ci-dessus : Joséphine Baker, 1925, gouache et aquarelle.

A gauche : La Revue Nègre (Joséphine Baker), 1925.

Joséphine Baker et le Jazz band, 1925, aquarelle, gouache et encre.

Joséphine Baker, 1925, aquarelle gouachée.


Jean Dunand

(France, 1877-1942)

 

Décorateur, dinandier, sculpteur, ébéniste, laqueur, peintre, bijoutier…

Joséphine Baker, 1927, coll. part. 

Gouache, crayon gras et laque sur fond en laque argent et rehauts en laque or, 49 x 33 cm

Joséphine Baker, 1927

Joséphine Baker voilée, panneau de laque, coll. famille Dunand.

Ses fameux ras-de-cou « girafe » et ses bracelets « manchette », inspirés par l’art africain, furent portés par Joséphine Baker, vers 1925.


Frank Duval

 

Lors du Festival Ourcq living colors qui s'est déroulé les 8 et 9 juin 2019 dans le 19ème arrondissement, cette fresque qui représente Joséphine Baker a été réalisée par le peintre parisien Frank Duval face au 32 rue de Thionville, sur la pile du pont des voies ferrées côté rue des Ardennes.


Sandy  Dvore

(Etats-Unis, 1934-2020)

 

Années 1960, création en lien avec les représentations données par J. B. au Beverly Hilton Hotel , les 6, 7 et 8avril.


Rainer Ehrt

(1960-)

 

Vaslav Nijinsky and Josephine Baker, 2011,

pen in ink, with acrylic washed, on paper.


Carl Oscar August Erickson

(Etats-Unis, 1891 - 1958)

 

Joséphine Baker dancing in restaurant. HEY HEY


Jean-Vincent Escalant

 

Joséphine Baker, huile sur toile.


Erté

 

Joséphine Baker, aquarelle et gouache, années 1920.


F. Fabiano

 

Le style c'est la femme, illustration du périodique Fantasio, 1927.


Pedro Figari

(Uruguay, 1861-1938)

 

Candombe Josephine Baker


Tsugouharu Foujita

(France)

 


Henry Fournier

(France)

 

Magazine Le Sourire, 1926

« Une chanteuse qui n'a pas la voix blanche »

Aquarelle pour La Vie Parisienne, 1930


André Foy

(1886-1953)

 


Henri Gerbault

 


Tibor Gergely

(1900-1978)

 

Dessin, mine de plomb sur papier, 1928.


René Giffey

(France, 1884-1965)

 

Illustration parue dans Fantasio


Charles Félix Gir

(1883-1941)

 

Joséphine Baker, huile sur toile, vers 1925.

Joséphine Baker, huile sur toile, 1927.


Gaston Girbal

(1888-1978)

 


Goca

 


René Gruau

 

Hommage à Joséphine Baker.


Albert Guillaume

(1873-1942)

 

Carte postale


Michel Gyarmathy

(1908-1996)

 

Joséphine Baker, dessins, Folies-Bergère, Paris, 1949, coll. part.


Franz Hagenauer

 



Hazan

 

Joséphine Baker s'est fait piquer sa banane par un babouin,

acrylique sur toile, 2007.


W. Heskes

 


Jean Isy de Botton

(1898-1978)

 

Attribué, Portrait de Joséphine Baker, panneau, 142 x 72 cm.

Portrait en pied de Joséphine Baker, 1931. 214 x 130 cm.

Joséphine Baker, 1931, dessins à l’estompe, fusain, vergé, © musée franco- américain du château de Blérancourt​​​​​​​.


Loïs Mailou Jones

(Etats-Unis, 1905-1998)

 

La Baker, 1977, acrylique et collage sur toile, Museum of Fine Arts, Boston.


Wilhelm Kåge

(Suède, 1889-1960)

 

Josephine Baker on stage, 1946.


Michael Kilgore

(Etats-Unis)

 

Ci-dessus : œuvre créée après l'expoition de Harlem, 2020.

 


Klogoukoff

 

Joséphine Baker devant Bouddha, huile sur panneau, coll. part.


Jean-Emile Laboureur

(France, 1877-1943)

 

Frontispice de Bâron-Rouge, de Paul Morand, Maestricht, A. A. M. Stols, 1928.


Gérard Laplau

(1938-2009)

 

Hommage à Joséphine Baker, huile sur toile, coll. part.


Henri Laurens

(France, 1885-1954)

 

Joséphine Baker, collage, gouache et crayon sur papier, 22,5 x 28 cm, Musée national d’Art moderne, Centre Pompidou, Paris.


Le Corbusier

 


R. Légault

 

1927


Georges Leonnec

 

La Vie Parisenne


Bob Mackie

 


Si Mammeri

(Maroc, )

 

Ce tableau du peintre Si Mammeri fut exposé en 1941 dans une galerie d'art de Casablanca.  J. B. y arbore un vieux costume portugais et y joue avec une petite guenon…

Photo parue dans Le Petit Marocain, 29 novembre 1941.


Milo Manara

 

Sérigraphie.


Ottorino Mancioli

(1908-1990)

 

Josephine Baker, 1930, coll. part.


Jan Mara

(1912-1992)

 

Encre de Chine, 52 x 34,5 cm, coll. part.

Vers 1950. Josephine Baker et Jo Bouillon.


Frank Martin

(1921-2005)

 

Aquarelle et crayon.


Henri Matisse

 

Danseuse Créole, 1950, papiers gouachés, découpés, collés sur papier Canson blanc, marouflé sur toile, Musée Matisse, Nice. Dans cette interprétation du thème de la danse, certains voient Joséphine Baker. D'autres, comme Aragon, optent pour la danseuse chorégraphe afro-américaine Katherine Duham.

Matisse, La Négresse (inspirée par J. B.), gouache découpée, 1952-1953, d'abord réalisée sur un mur de sa maison, à Nice.


Bob Mermet

 

Josephine Baker, 1955, pencil on paper


Jemp Michels

(1906-1989)

 

Femme aux 2 soleils, huile sur panneau, 1961.

Le tableau représente Joséphine Baker qui a croisé le chemin de l'artiste à la fin des années 1950, Michels étant également co-fondateur et directeur de la Foire Internationale de Luxembourg.


Maurice Millière

(1871-1946)

 

Maurice Millière a consacré cette œuvre à J. B., indique la galerie BERKO qui la propose sous le titre « Joséphine Baker » (Watercolor and India ink on paper: 29 x 22.5 cm)…


Morgan Moen (Moencat)

Josephine Baker : life and spirit, Weisman Art Museum, Minneapolis


Jacques Moreau-Messy

 

Joséphine Baker dans sa loge, 1927


Hassan Musa

(1951-)

 

Ce peintre soudanais Hassan Musa travaille la peinture sur de grands morceaux de tissus assemblés Il a réalisé, au début des années 2000, une série de peintures, Who Needs Bananas ? (Qui a Besoin de Bananes ?)… Des peintures qui mettent en scène la danseuse, à demi nue, entourée de bananes.

« Elle s’est positionnée en tant qu’artiste. L’art lui a offert, non seulement les moyens d’échapper aux conditions des personnes exclues, mais aussi de gagner la reconnaissance et la gloire. Mais l’artiste qu’elle était autorisée à être, dans le Paris des années vingt, était conditionnée par les considérations coloniales et raciales de la société française de l’époque. La complexité de son attitude en tant que personne noire, une femme et une artiste, mérite beaucoup plus d’attention que la simple commémoration de la Revue Nègre, Joséphine Baker est une figure centrale dans la question problématique de l’esthétique africaniste quand elle fut instrumentalisée pour en faire un niveau d’exclusion.» (Hassan Musa.)


Nabor

 

Artiste plasticien actif en France dans les années 1970.

L’affection de Joséphine (Baker), une sœur,

collage sur toile, 1975.


Kadir Nelson

(1974-)

 

Forbidden Fruit, oil on canvas.


Emrich Nicholson

(Etats-Unis, 1913-2001)

 

The Star's Lounge, Josephine Baker1947.


Jean van Noten

(Belgique, 1903-1982)

 

Josephine Baker, ca 1928, huile sur toile.


Emil Orlik

(1870-1932)

 

1926.


Neale Osborne

(Royaume-Uni, 1970-)

 

Années 2000.

 


Charlotte Perriand

(1903-1999)

 


Francis Picabia

(France, 1879 - 1953)

 

Portrait de Joséphine Baker, vers 1940.


Albert Pietri

(France, 1894-1956)

 

1928


Nora Rachel

 

Josephine Magic, peinture digitale, 2020


Faith Ringgold

(Etats-Unis, 1930-)

 

Cette artiste majeure de l’art Afro-Américain travaille depuis les années 1980 avec une technique spécifique : le quilting. Elle peint sur des morceaux de tissus qu’elle assemble à la manière d’un patchwork.

« Jo Baker’s Birthday est une œuvre quiltée qui reprend volontairement trois peintures phares de l’histoire de l’art Occidental. Faith Ringgold a en effet rassemblé et transformé deux compositions d’Henri Matisse : La Desserte Rouge (1908) apparaissant en second plan et L’Odalisque aux Magnolias (1923-1924) au premier plan. Au centre est allongée, bras étendus vers le haut et jambes écartées, la célèbre chanteuse et danseuse : Joséphine Baker. Elle regarde fixement le spectateur, les yeux brillant et avec un large sourire. De la même manière que l’odalisque de Matisse, Joséphine Baker porte une tunique blanche, ouverte sur son buste, laissant apparaître sa poitrine et son ventre. Elle porte des boucles d’oreilles saillantes et un collier de perles blanches à quatre rangs descendant sur ses seins. Baker est allongée sur une couche aux couleurs vives, entourée d’une corbeille de fruits, d’une plante verte et en arrière-plan nous voyons une femme, Blanche, disposant des fruits sur une table. Faith Ringgold fait non seulement référence à deux œuvres d’Henri Matisse, mais aussi à L’Olympia (1863) d’Edouard Manet. Souvenons-nous que L’Olympia de Manet représente une femme blanche, nue, allongée, à côté de laquelle se tient une domestique Noire aux formes généreuses. Avec l’œuvre quiltée de Ringgold s’opère une inversion des rôles traditionnels dans la peinture occidentale : la femme Noire est servie par la femme Blanche. De plus, le personnage de Joséphine Baker n’est pas représenté comme les traditionnelles odalisques soumises au regard du spectateur en quête d’exotisme. Au contraire, Joséphine Baker apparaît comme une femme épanouie, libre, fière de son corps et de sa beauté, elle semble parfaitement maîtriser l’espace et la pose. Le choix même du modèle est judicieux, puisque toute sa vie Joséphine Baker a su utiliser son corps et son image comme elle l’entendait. Reconnue internationalement comme une icône Noire, elle jouissait également d’une grande liberté. » (https://crennjulie.com/.../icone-de-la-constellation.../)

Jo Baker's Birthday, 1993, acrylique sur toile, Saint Louis Art Museum.

Jo Baker’s Bananas, 1997, acrylique sur toile, National Museum of Women in the Arts (NMWA), Washington.


Michael Roberts

(Royaume-Uni, 1947-)

 

Techniques mixtes et gouaches représentant Joséphine Baker, en danseuse stylisée et costumes, dont 5 gouaches rappelant la couverture Afro Dizzy de Tatler de Mars 1984 ou la pochette de l'album Limbo de Bryan Ferry.


Victor Ruzo

(Suisse, 1913-2008)

 

Joséphine Baker et ses enfants, 1956.


Julius Sanders

 

Gouache et lavis sur papier, 29 x 23 cm.


Simon Schwartz

(1982-)

Cotton Club (Duke Ellington - Josephine Baker - Cab Calloway - Louis Armstrong).


Boris Solotareff

(Ecole de Paris, 1889-1966)

 

Joséphine Baker, aquarelle, années 1930, coll. part.


Sowan

(France, artiste contemporain)

 

Portrait de Joséphine Baker (96 x 81 cm) réalisé pour le siège de la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra), à Romans-sur-Isère.


Pierre Thiriot

(France, 1904-1991)

 

Attiré par la musique, la danse, la poésie, le théâtre, le Lorrain Pierre Thiriot (1904-1991) trouva sa voie dès 1927 : créer décors et costumes de théâtre et de music-hall. Il travailla pour le Moulin Rouge, les Folies Bergère et le Casino de Paris. Il consacra 75 gouaches aux danseurs des Années Folles… J. B. y a sa place…


TOÉ

(Antoine Antona, dit)

(1903-1989)

 

Crayon, 27 x 21 cm, coll.part.


Vald'Es

 

La Vie Parisienne, 1926


Edmond Valès

(1918-2001)

 

Joséphine Baker au Trianon de Casablanca, février 1943, huile sur panneau.


Armand Vallée

(France)

 

1930, La Petite Tonkinoise devenue Grande Tonkinoise, dessin paru dans Fantasio;

« Joséphine nous est rendue ».


Kees Van Dongen

(1877-1968)

 

Aquarelle, vers 1925.

Joséphine Baker au bal nègre, 1925, aquarelle.


E. M. (Earl Marshawn) Washington

(Etats-Unis, 1962-)

 

Gravures sur bois. A droite : Sweet Josephine.


Jeffrey C. Williams

(Etats-Unis, 1984-)

 


Doris Zinkeisen

(Royaume-Uni, 1898 - 1991)

 

Josephine Baker on stage, ca 1930.


Ajouter un commentaire

Commentaires

HRim
il y a 15 jours

Bonjour, il existe cette toile de Yannick G :
http://www.scories-dans-la-brume.fr/blog/peintures/josephine-b.html

Cordialement